Le mot du curé

Découvrir nos bulletins spéciaux :

Dimanche 17 mai 2020, 6e dimanche de Pâques

En ce dimanche le Temps pascal entre dans sa dernière étape : nous préparer à accueillir l’Esprit Saint, Lui que Jésus donne à ses disciples : « Je ne vous laisserai pas orphelins, je vous enverrai le consolateur ».
Et c’est vrai : l’Esprit Saint est comme un autre Toi, Jésus ! Il est ce Feu divin qui embrase la Trinité, ce même Feu qui brûle dans mon cœur depuis mon baptême.

Durant ces derniers 15 jours nous célébrerons la solennité de l’Ascension, Jésus quitte notre monde visible pour monter auprès de Dieu son Père et notre Père, dans la monde invisible, monde de la communion des saints, des justes, des défunts et des innombrables créatures angéliques qui veillent sur nous.
Les lectures de ces 15 jours nous dévoilent les nombreuses facettes de l’Esprit Saint. A chacun de nous de les contempler, les accueillir ou les re découvrir.

Je me permets de vous redire l’appel de notre évêque : « je vous invite à invoquer ensemble, unis dans une neuvaine du 22 au 30 mai en récitant par exemple quotidiennement la prière du Veni Creator avec une intention spéciale pour les futurs baptisés et confirmés, les fiancés et les futurs prêtres »

Laissez retentir en vos cœurs cette supplication, cette prière : Viens Esprit Saint !

Dimanche 10 mai 2020, 5e dimanche de Pâques
« Mains tenant », sur ce Chemin où Jésus, le Vivant nous invite à Le suivre afin que nous ayons la Vérité, l’unique vérité : « celle de Te connaître Toi le seul vrai Dieu » Jean 17,3
Sur ce chemin de vie, Jésus, l’Envoyé du Père, nous a donné pour nous aider à avancer, pour surtout nous soutenir afin de ne pas ralentir, de ne pas nous décourager ; Jésus nous a donné, du haut de la Croix, une Mère, sa Mère, Marie, elle que nous aimons prier « maintenant et à l’heure de notre mort ».
Cette douce main maternelle nous guide, nous rassure, elle nous rappelle que rien, pas même la mort ne pourra nous ravir notre Joie, cette Joie unique dont Jésus vient nous combler (Jean 17,13).
Aujourd’hui en ce dimanche la question de St Thomas vient prendre toutes nos questions, toutes nos angoisses. Cette peur qui a été progressivement distillée dans nos cœurs et nos âmes, cette peur qui a tenu les Apôtres enfermée au Cénacle après la mort de Jésus, cette peur n’est pas la Vérité, elle n’est pas la Vie et donc elle ne doit pas être le chemin du disciple qui entend à nouveau : « Moi je suis le Chemin, la Vérité, la Vie. »

« N’ayez pas peur. »

Cette semaine le 13 mai nous fêterons ND de Fatima, le Saint Pape Jean-Paul II a expérimenté sa protection efficace en ce 13 mai 1981, jour de son attentat. La puissante main de Marie ne l’a pas quittée tout au long de son pontificat.

Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.
Ne méprisez pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve,
mais de tous les dangers délivrez-nous toujours,
Vierge glorieuse et bénie.
Amen

Antienne mariale du IIIe

Prenez le temps d’écouter et de méditer cette belle prière enregistrée par les séminaristes français à Rome.
A l’abri de Marie, notre Mère, vivez ce mois de mai en vous rappelant le message de St Pierre, que nous avons entendu dans les riches textes de ce 5e dimanche de Pâques : « Mais vous, vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple destiné au salut, pour que vous annonciez les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. » 1P2,9


Dimanche 3 mai 2020, 4e dimanche de Pâques, dimanche du Bon Pasteur, journée mondiale de prière pour les Vocations

En ce dimanche notre évêque Mgr Aumonier nous fait part des nominations. Vous pouvez les consulter sur le Lien n°5. Des nouveaux prêtres sont nommés pour nous accompagner, d’autres prennent des responsabilités, la vie de notre diocèse, malgré ce temps figé et incertain, continue !

Persévérons dans la prière pour les vocations et demandons avec confiance au Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers.

Demeurons malgré l’absence de célébration dans l’action de grâce. Dieu n’abandonne pas ses enfants, Dieu notre Père sait ce qui est bon pour chacun de nous. Ce temps de l’épreuve nous est donné non pour nous révolter ou nous plaindre, chemin de mort et ne portant aucun fruit ; mais bien au contraire pour faire jaillir comme les 3 jeunes gens dans la fournaise ardente notre louange, notre action de grâce, Prophète Daniel 3, 51-90 « d’une seule voix, les trois jeunes gens se mirent à louer, à glorifier et à bénir Dieu. » Voilà l’unique chemin de vie qui ne peut porter que des bons et beaux fruits. Afin de rester dans l’action de grâce pour ce que le Seigneur continue de faire dans nos vies nous avons ouvert une page, sur notre site paroissial, pour que chacun puisse partager simplement ses joies, en ce temps si particulier.

« Rendez grâce au Seigneur : il est bon, éternel est son amour !
Vous tous qui adorez le Seigneur, bénissez le Dieu des dieux ;
chantez et rendez grâce : éternel est son amour ! »

Ci-dessous quelques liens afin de vous aider à prier pour les vocations, à découvrir la beauté du don de soi, la joie de l’engagement :


Dimanche 26 avril 2020, 3e dimanche de Pâques.

La liturgie de ce 3e dimanche de Pâques résonne avec ce temps si particulier que nous vivons. L’évangile de St Luc que nous entendons nous ramène le soir de Pâques. D’ailleurs ce même évangile est proposé le dimanche soir de la solennité des solennité : Pâques !
Nous voilà à nouveau placé devant la tristesse des disciples, leurs questions, leurs doutes…qui sont les nôtres.
Aujourd’hui encore et toujours, Jésus marche avec eux, avec nous. Avec leurs cœurs bien trop préoccupés, ils ne peuvent le reconnaître, alors nous aujourd’hui ouvrons nos cœurs pour accueillir sa Présence dans sa Parole.

Cette grâce de l’aujourd’hui, de l’instant présent, cette grâce du quotidien nous permet la rencontre sauf si nous sommes constamment tournés vers demain : qui va t’il se passer ? Y aura t’il la messe ? Quand et comment ?
Ou rencontre possible si nous ne sommes pas trop tournés vers hier : « comme c’était mieux avant et d’ailleurs on a toujours fait comme ça…. ».

La vie continue grâce à votre génie propre, des groupes « virtuels » se créent, des rencontres via Internet sont possibles….alors je vous laisse avec la belle prière partagée cette semaine par les Fraternités de la paroisse qui continuent à se « rencontrer » !

Télécharger la prière


Dimanche 19 avril 2020, 2e dimanche de Pâques, dimanche de la Miséricorde.

« Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, Alléluia ». Ps 117

L’Alléluia de Pâques est ce chant nouveau que le psalmiste nous inviter à chanter. Nous en avons été privé durant les 40 jours du Carême, il a retenti au cœur de la nuit ou au petit matin de Pâques.

« Qu’ils chantent donc un cantique nouveau, ceux qui ont été renouvelés dans le Christ » nous dit St Augustin et il continue en affirmant que ce cantique est celui de la Paix, de l’Amour. Que signifie Alléluia ? St Augustin nous l’explique : « Louez le Seigneur. Viens, ensemble louons le Seigneur ! »

Cette semaine de l’Octave qui s’achève en ce dimanche de la Miséricorde a été pour nous l’occasion d’abord de nous réjouir en reprenant ce cantique nouveau mais nous avons aussi eu la lourde annonce des 30 jours supplémentaires de confinement, le 11 mai fixant simplement un retour progressif à la normal. Nous sommes encore bien incapable de nous projeter, d’envisager la fin de cette quarantaine !

Alors relisons la Parole de Dieu, relisons les Actes des Apôtres qui racontent l’après Pâques. Les Apôtres ont peur, ils s’enferment dans la chambre haute, le Cénacle, le lieu que Jésus leur avait demandé de préparer pour célébrer son dernier repas, celui du Jeudi Saint. Ils sont enfermés avec Marie, mère de Jésus mais aussi d’autres femmes, celles qui de bon matin sont allées pour embaumer le corps du crucifié déposé rapidement avant le début du sabbat dans un tombeau neuf.

Jésus est là, au milieu d’eux ! La Paix soit avec vous.

De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie.

Recevez l’Esprit Saint.

            La voilà la Miséricorde infinie de Dieu pour nous, l’immense Amour dont Il nous aime depuis la Création du monde et qu’Il veut nous faire goûter, partager, transmettre. Cet Amour, cette Miséricorde, concepts difficiles à expliquer, ont un nom : Jésus !

« Je n’ai ni or, ni argent ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus », « son nom, donné aux hommes, est le seul qui puisse nous sauver » Ac 3, 6 et Ac 4, 12

Nos portes sont closes, nous avons peur, nous nous questionnons sur demain. Alors nourrissons nous de cette Béatitude : « heureux ceux qui croient sans avoir vu » et ayons l’audace dans nos cœurs de prononcer le nom qui donne la Vie : Jésus, « oui, viens sans tarder. Amen, viens Seigneur Jésus ! » Ap 22, 20


Dimanche 12 avril 2020, dimanche de Pâques.

Le Tombeau est il fermé ? Non « la pierre a été enlevé du tombeau » Jn 20, 2 Le corps de Jésus est il prêt à être embaumé par Marie-Madeleine, par Marie, mère de Jacques et par Salomé maintenant que le sabbat est terminé ? Non « les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place » Jn 20, 6 « On a enlevé mon Seigneur et je ne sais pas où on l’a déposé ? »Jn 20, 13 Un voix dit alors « Marie ….ne crains pas, va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu » Jn 20, 16 « Il fallait que selon les Ecritures Jésus ressuscite d’entre les morts » Jn 20, 9 Les disciples n’ont pas encore compris le grand mystère de cette Foi qui après la Pentecôte va embrasser le monde : Jésus est VIVANT !!! Avec le Père Serard dimanche nous concélébrons à 9h30 la messe de Pâques dans notre église fermée et vide à nos yeux mais pleine de chacun de vous dans nos cœurs. Avec vous nous allons redire, chanter, crier ces paroles : Jésus est VIVANT !!! Elle se manifeste ainsi notre Invincible Espérance par des mots, des cris de joie et d’allégresse : ALLELUIA, Jésus est Vivant !!! « N’avez vous pas compris ? » Jn 20, 9 ; « comme votre cœur est lent à croire » Lc 24, 25 Des ténèbres la Lumière a jailli, de la mort la Vie a triomphé, de l’épreuve de sa Passion Jésus est sorti vainqueur. « Restez avec nous Seigneur » pour nous expliquer les Ecritures, pour nous montrer ton cœur transpercé, pour nous apprendre à Te rencontrer dans notre quotidien. Cependant le signe du pain partagé n’est plus célébré dans nos églises, alors Toi le Vivant, Toi qui fait toute chose nouvelle, viens Te manifester à nous par ta Parole, viens à nous dans la communion avec l’Invisible, sois avec nous dans chacun de nos actes de patience, de confiance pour vivre ce temps de confinement ! « Que demeure en vous la grâce de Dieu, la grâce pascale qu’il vous offre aujourd’hui : qu’elle vous protège de l’oubli et du doute. Par la résurrection de son Fils, il vous a fait déjà renaître : qu’il vous rappelle toujours à cette joie que rien, pas même la mort, ne pourra vous ravir. Ils sont finis, les jours de la passion, suivez maintenant les pas du Ressuscité. Suivez-le désormais jusqu’à son Royaume où vous posséderez enfin la joie parfaite. » Bénédiction solennelle de Pâque.

Bonne fête de Pâques à tous ! Christ est ressuscité, Alléluia !


Dimanche 5 avril 2020, dimanche des Rameaux et de la Passion

« La lecture de la Passion le dimanche qui précède le triduum pascal (3 jours avant Pâques c’est-à-dire jeudi-vendredi et samedi saints) est très ancienne : elle est attestée à Rome dès le VIe siècle par la prédication de Saint Léon le Grand. A Jérusalem, dès le IVe siècle on voit l’apparition d’une procession en mémoire de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem avant d’y souffrir sa Pâque.
La réforme de la Semaine Sainte décidée par Pie XII en 1956, et reprise par la réforme de Vatican II en 1970, a rendu à la procession son importance en invitant toute l’assemblée à y participer. Désormais cette célébration dont le titre est « Célébration des Rameaux et de la Passion du Seigneur » met en lumière l’unité des deux faces du mystère pascal. Dans une même célébration, la liturgie réunit les deux aspects, gloire et abaissement du Christ, qu’elle va déployer durant le triduum pascal. La première partie de la messe des Rameaux souligne l’aspect glorieux avec l’intronisation du Christ Roi (« Gloire à toi sauveur des hommes, notre chef et notre roi, Gloire à toi dans ton royaume, qu’il advienne, hosanna ! »). La seconde partie souligne l’aspect d’abaissement avec non seulement la lecture de la Passion mais aussi celle d’Isaïe (1e lecture) et le chant du psaume 21 « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ».
Frère Patrick Prétot, moine bénédictin de l’abbaye de la Pierre Qui Vire,
théologien, professeur à l’Institut Supérieur de Liturgie de Paris.

En ce dimanche je vous invite à méditer sur cette entrée triomphale de Jésus. Prenez le temps de contempler la foule, cette foule de nos églises qui se rassemble. Personnes connues, de la famille, des voisins, des habitués ou personnes inconnues, de passage, étrangers.
Parmi tous ces visages il y en a que j’aimerai mieux connaître, d’autres qui me sont lointains car peut-être trop différents. Pourtant tous nous sommes le Corps du Christ et lorsque nous nous rassemblons en foule nous manifestons au monde la vitalité de notre Foi.
Aujourd’hui cette vitalité se vit au cœur de nos « églises domestiques », nos foyers. Elle n’est pas visible, elle est cachée au monde comme la plus petite des graines.

« Voici ton roi qui vient vers toi, plein de douceur » Mt 21,1-11, évangile de la procession des Rameaux.
Seigneur Jésus, je veux Te louer, T’acclamer avec les foules, pour toutes les grandes ou petites choses que Tu fais dans ma vie et que Tu vas faire encore.
Je veux T’acclamer non en agitant des palmes en procession mais aujourd’hui en ouvrant encore plus mon cœur à Ta venue, Toi qui n’est que douceur et miséricorde !
Ta Présence en moi deviendra charité et prière pour tous ceux qui souffrent, qui doutent ; pour tous ceux qui se dévouent sans compter.
Que cette petite graine qui germe dans nos foyers deviennent pour notre monde la semence de l’Invincible Espérance, celle qui déjà s’annonce, celle qui jaillira au matin de Pâques.
Belle semaine Sainte à vous tous.
Père TURROQUES, curé


Dimanche 29 mars 2020, 5e dimanche du Temps du Carême.

Grande richesse de la liturgie qui nous fait contempler le mystère de la résurrection de Lazare, ce dimanche devrait être la dernière étape de préparation des catéchumènes qui vivent les deniers rites : scrutin, tradition du Credo et du Notre Père. Notre évêque nous propose de reporter le baptême des adultes prévu lors de la Vigile Pascale à la Vigile de Pentecôte : samedi 30 mai. Il nous donnera plus de précisions. (consultez au « fil de l’information » sur notre site) Déjà nous pouvons porter dans nos prières tous ceux qui attendront 50 jours de plus pour renaître à la vie divine et surtout nous pouvons anticiper la grande joie de cette célébration qui nous permettra, je l’espère, de tous nous retrouver. Soyez remerciés pour vos nombreuses attentions, elles vont droit au cœur et sont pour moi l’occasion de vous porter dans la prière. Je sais combien vos habitudes de vie sont bouleversées et je demande au Seigneur de mettre en vos familles cette patience, cette douceur… Je pense aussi à tous ceux qui vivent encore plus l’isolement et je reste bien démuni, comme nombre d’entre vous pour nouer des liens. Pourtant les initiatives sont à créer, soutenir. Restons vigilants envers les plus démunis, c’est notre prière : « Seigneur nous savons que tous n’ont pas la chance de pouvoir compter sur une famille dans les moments difficiles. Nous Te prions pour les personnes seules, pour celles qui sont gravement malades, ainsi que pour tous les soignants qui se démènent sans compter. » Cette semaine nous avons appris le décès des suites du covid 19 d’un de nos confrères le Père Marc Frasez ; âgé de 75 ans, il était curé de Fontenay le F. depuis 2007. Prions pour tous les défunts : « la résurrection de Lazare nous rappelle qu’après la crucifixion, Jésus ressuscitera. » « Moi je suis la Résurrection et la Vie. Celui qui croit en moi même s’il meurt, vivra. Crois-tu cela ? » Jn11


Dimanche 22 mars 2020, 4e dimanche du Temps du Carême.

Dimanche de la Joie : « Réjouissez-vous avec Jérusalem, exultez à cause d’elle, vous tous qui l’aimez ! Avec elle soyez pleins d’allégresse, vous tous qui portiez son deuil ! Ainsi vous serez nourris et rassasiés de l’abondance de sa joie. » Isaïe 66,10

C’est l’antienne d’ouverture de la messe de ce dimanche que je célèbre en grande communion avec vous ce matin à 11h, sous forme privée, dans l’Oratoire Ste Anne du presbytère.

Je demande au Seigneur de venir vous combler de sa Joie en cette période inédite et si angoissante.

Nourrissez vous de la Parole de Dieu, n’est ce pas un des efforts de notre Carême : l’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Ayons à cœur de porter tous les plus fragiles, les isolés mais aussi tous ceux qui généreusement se dévouent pour entretenir ce lien, ce réconfort, cette présence.

Prions aussi pour les catéchumènes et tous ceux qui se préparent à vivre un sacrement à Pâques ou après. Notre évêque cette semaine nous donnera des instructions pour le Triduum Pascal

Restez connectés, les propositions sont multiples sur Internet. Et surtout soyez attentif à vivre de façon exemplaire ce confinement.

Notre Dame de Lourdes priez pour nous.

Père TURROQUES, curé

Partager