« Dealer de vie » Dealer de vieC’est le titre de mon dernier livre paru au Sarment qui témoigne de mes 40 ans de terrain, dans le milieu des addictions. Depuis le 1er jour, en septembre 1970, mon approche fut spirituelle et humaine. Lorsque les jeunes adolescents sont venus me voir, en me demandant un soutien, alors qu’ils étaient consommateurs de produits illicites, je me suis d’abord interrogé sur ma disponibilité à les accompagner. Mais très vite ils m’ont eux-mêmes rassuré, et porté. Voici quelques beaux témoignages : « J’étais d’accueil dans ma paroisse du 12° de Paris. La dame faisant l’accueil me demandant de venir d’urgence… Un jeune punk âgé de 19 ans (avec sa tenue – on ne pouvait pas s’y tromper) – me parle en voulant rencontrer un prêtre ; de ses envies de suicide. Nous avons parlé en toute liberté. Il se disait non croyant, et pourtant je sentais en lui une force intérieure, un vrai respect à la vie. Nous nous sommes revu toutes les semaines. Il m’a présenté à tout son groupe. Ma seule difficulté était de sortir avec lui, avec eux. Dans le métro..nous avions tout le wagon de libre. Moi avec ma croix, cela faisait « tache ». Puis il me demande à découvrir le sens de la prière. Peu de temps après ce fut l’enterrement de son père. Célébration dans ma paroisse avec tous ses amis. Un grand moment d’action de grâce, malgré les phrases qu’il avait composées en prières « à toi, papa, que je n’ai jamais connu, je te demande pardon. Il parait que tu rejoins un ciel étoilé, j’espère que tu y seras heureux. » Après un grand cheminement intérieur, il a quitté la consommation et travaille. Autre regard – Lors d’un week-end de sevrage à l’héroïne avec des jeunes, que j’animais, un jeune (22 ans) à table me demande à recevoir le baptême. Un peu énervé, je lui réponds : « nous sommes à table…».Mais devant son insistance, je lui demande de m’écrie un acte de Foi. Son témoignage était plus fort que toutes les prières que j’ai pu écrire pendant tout mon séminaire. Il me dit : « Te voyant vivre et me parler comme prêtre, ça témoigne de la miséricorde de Dieu » Je demande à l’évêque l’autorisation de le baptiser dans ma paroisse du 19 art, la nuit de Pâques, s’il était encore vivant, (car vu le nombre de produits, et journées en réanimations ou en prison…) Il était présent avec les membres de la Luciole. Au cours de son baptême, une lumière, un cri d’action de grâce ont fait trembler les vitraux de l’église. Deo gracias ! Toutes les rencontres que je peux vivre, avec les jeunes addicts, avec leurs parents, je les confie toujours à la Vierge Marie car ils vivent des souffrances énormes, insupportables. Ils m’évangélisent sur la dimension de la souffrance.

Je prie le Seigneur qui s’est retiré au désert, pour mieux témoigner de la compassion et de l’union de miséricorde avec son Père qui nous témoigne de son Amour, de son Pardon, de sa Bienveillance, de sa Patience envers nous. Je prie aussi pour tous les trafiquants qui viennent détruire des jeunes vies en leurs proposant – à des innocents – de rentrer dans le piège de la dépendance. « Seigneur tu me témoignes, tu nous témoignes au cœur de nos déserts, de nos fragilités et de nos doutes, de ton sourire miséricordieux. Tu nous invites à cheminer et à lutter avec les autres hommes et à ouvrir les brèches sur cette Miséricorde que tu nous proposes. Merci à tout le réseau de prières (prêtes, religieuses, laïcs consacrés …) de nous prendre dans le parrainage de votre prière. ! Que la grâce travaille en moi pour que je puisse, si Dieu le veut, continuer à apprivoiser des jeunes dans l’amour de l’Eglise. »

P. Pierre de PARCEVAUX

image001

pour commander le livre : cliquez ici

Partager